Avec l’adulte qui t’accompagne, nous te proposons de parcourir ensemble le chemin des émotions : tu pourras en savoir plus sur ce que tu ressens et, grâce à des petits trucs, apprendre à les connaître et à ne pas les laisser t’envahir quand elles deviennent trop fortes.

 

Ce chemin des émotions s’adresse donc à toi, moussaillon, mais aussi à un adulte qui va t’aider à naviguer dans les activités proposées, et sans doute, en apprendre long lui aussi !

 

On se permettra donc de s’adresser à toi dans les petits textes suivants, mais on compte sur les grands pour faire la lecture et t’expliquer les exercices ou les mots qui te semblent trop compliqués. Lucie l’étoile de mer t’accompagnera dans ton parcours. 

 

C’est parti pour l’aventure !

Chemin des émotions pour les jeunes enfants

rose_des_vent.png

ÉTAPE 1
Je reconnais mes émotions ?

Les émotions, ça se passe à l’intérieur de toi, dans ta tête, mais aussi dans tout ton corps. Quand tu as peur ou quand tu es heureux, tu n’as pas du tout la même tête ! On pourrait dire qu’une émotion, c’est comment tu te sens. Tu as appris, depuis que tu es tout petit, à reconnaître les émotions des autres, et tes proches ont l’habitude de reconnaître les tiennes. Par exemple, tu n’as pas forcément besoin de dire que tu es fâché pour qu’on le comprenne en te regardant.

 

Mes émotions

Regarde ce bonhomme. Il a plein de têtes différentes : tu peux sans doute voir qu’il est en train d’avoir des émotions différentes, qu’il ne se sent pas pareil.

Les quatre émotions les plus connues sont : 

Caractère vecteur créé par pikisuperstar - fr.freepik.com

Joie
Colère
Tristesse
Peur

Parfois, nos émotions sont aussi toutes mélangées, et on a bien du mal à faire le tri ! Tu peux ressentir plusieurs émotions en même temps, comme la colère et la tristesse. C’est un peu comme la météo, les émotions peuvent changer au cours d’une journée. Elles ont toutes une fonction, comme la pluie et le soleil, mais ça, on l’expliquera plus tard.

Les émotions des autres

Pour reconnaitre les émotions chez les autres, tu peux reconnaître les émotions sur leur visage, et aussi en regardant quels gestes ils font. Souvent, tu le fais sans même te poser de question !

Exercice 1

Et si on essayait de deviner les émotions des autres ?

Regarde les photos et essaie de dire ce que ces personnes ressentent.

Tu peux demander de l’aide à l’adulte qui t’accompagne si tu ne trouves pas.

Avez-vous toujours la même réponse ?

Image de frank mckenna

Astuce pour les grands : C’est un exercice que vous, parents ou enseignants, pouvez décliner à l’infini, simplement en utilisant des images de personnes seules ou isolées, exprimant une émotion.

 

Mais parfois, on peut avoir la même émotion et faire une tête différente. On a tous nos habitudes, même pour montrer nos émotions !

Exercice 2

Reconnais-tu l’émotion montrée par ces trois enfants ? Peux-tu deviner quelle est leur météo des émotions ?

Exercice 3

Et si on faisait semblant ?

Essaie à la maison de jouer les émotions.

Sais-tu faire semblant d’être triste, content, en colère ou d’avoir peur ?

Attention, tu n’as pas le droit de parler pour faire deviner à l’autre.

Bravo moussaillon, tu as fini la 1ère étape ! Et si on apprenait maintenant à quoi servent les émotions ?

rose_des_vent.png

ÉTAPE 2
Ça sert à quoi les émotions ?

Alors à quoi ça sert toutes ces émotions ? Pourquoi est-ce que ça ne peut pas être le grand soleil tous les jours ? Une émotion, ça sert à te faire réagir, à te donner des informations et à en donner aux autres. On va essayer d’expliquer ça avec notre amie Lucie.

La maman de Lucie n’a pas le temps de jouer avec elle : trop de travail à faire, elle est étoile de mer en chef à la fabrique de gants sous-marine. Imagine le boulot, avec tous les bras des étoiles de mer, ça en fait des gants à fabriquer ! Bref, cette maman n’a pas le temps de jouer aujourd’hui. Que ressent Lucie ? Et bien cela dépend.

Les émotions de Lucie vont donc aider sa maman à comprendre ses réactions. Les adultes qui t’entourent essaient eux-aussi de comprendre tes émotions, ils t’aident à reconnaître ce qui se passe à l’intérieur de toi. Pas toujours facile, surtout quand les émotions sont très fortes, et les réactions aussi. C’est toute la météo qui est bouleversée, mais ça, on l’expliquera après.

 

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise émotion : les comprendre, c’est déjà avancer sur le chemin des émotions !

Les émotions t’aident aussi à ne pas te mettre en danger. Lucie a par exemple très peur des requins. Et elle a bien raison : sa peur la pousse à ne pas aller tout près d’eux, et donc à ne pas se faire manger !


Si Lucie voulait très fort jouer avec sa maman parce qu’elle s’ennuie et qu’elle n’a personne d’autre avec qui jouer, Lucie sera sans doute fâchée. Ce sera la tempête à la maison.

Si Lucie voulait jouer avec sa maman parce qu’elle ne la voit pas assez en ce moment, et qu’elle lui manque, Lucie sera sans doute triste. Et le ciel sera tout gris et pluvieux.

Si Lucie a justement commencé un super puzzle (les étoiles de mer sont très douées pour les puzzles), et qu’elle n’a pas très envie de jouer avec sa maman à ce moment-là, ça ne fera rien à Lucie.

Tu as le vent en poupe à ce que je vois ! Déjà deux étapes à ton actif. Et si on voyait maintenant comment les émotions agissent en nous ?

rose_des_vent.png

ÉTAPE 3
Ce que ça fait dans mon corps et dans ma tête

Parfois c’est difficile de reconnaitre l’émotion, elle se cache un peu et elle se mélange. La météo est toute bouleversée, c’est la tempête, la pluie et le froid en même temps. Tout un bazar, c’est bien moins facile que les exercices de tout à l’heure.

 

Les émotions ont de plus un super pouvoir, celui de se montrer dans plusieurs endroits en toi : dans ta tête, dans ton comportement et dans ton corps. Comme si elle habitait à plusieurs endroits à la fois !

 

Comment faire pour la reconnaitre ? Tu peux écouter ce que dit l’émotion dans ta tête, où elle se trouve dans ton corps, et ce qu’elle te fait faire dans tes gestes, comme sur ce dessin.

Dans ma tête : ce que l'émotion me dit (je suis méchant, je suis nul)

Dans mon comportement : ce que l'émotion me fait faire (pleurer, frapper)

Dans mon corps : les endroits où  l'émotion habite (j'ai mal au ventre, je tremble)

Par exemple, ce matin, un crabe a volé le biscuit de Lucie. Un biscuit aux algues, son préféré. Lucie était très fâchée parce qu’elle en avait très envie. Lucie a trouvé ça très injuste, ça lui a donné envie de crier sur ce méchant crabe, elle avait les poings tout serrés et le cœur qui battait vite !

Est-ce que tu peux reconnaître l’émotion de Lucie parmi les 4 que tu connais ?

Dans cet exemple, où se cache l’émotion de Lucie ?

Que dit-elle dans sa tête ? Que se passe-t-il dans son corps ?

Ce n’est pas un exercice facile tu sais ! Il faut des années pour bien comprendre ce que nous disent nos émotions, même les grands n’y arrivent pas toujours...

Exercice

Pour t’entrainer, tu peux imprimer ce dessin ou te dessiner, à chaque fois que tu as une grosse émotion.

Tu peux dessiner quelle est ta météo : soleil ou nuage ? Pluie ou grosse tempête ? Peut-être aussi tu deviendras capable de donner le nom de l’émotion.

Tu peux aussi mettre une croix là où habite ton émotion : Une boule dans le ventre ou de gentils papillons dans le cœur ? Des jambes qui veulent s’enfuir ou des bras qui veulent serrer quelqu’un tout près de toi ?

Tu sembles prêt(e) à naviguer en haute mer. Ça te dit ? Il va falloir t'accrocher solidement !

rose_des_vent.png

Parfois, nos émotions sont légères comme des plumes mais parfois elles sont très fortes.

ÉTAPE 4
Alerte météo !

C’est comme une petite pluie qui se transforme en orage… ou une vague qui devient si haute qu’elle fait chavirer le bateau. Attention alors, c’est l’alerte météo !

Quand tu as une émotion très forte, c’est elle qui prend les commandes, et qui te fait parfois faire un peu n’importe quoi. L’émotion devient très forte, elle se met à nous diriger, et on n’arrive plus vraiment à réfléchir à ce qu’on fait.

C’est arrivé à notre amie Lucie il y a quelques jours.

Elle était fatiguée, et s’est mise à crier sur son papa qui lui demandait d’éteindre la télé (oui, les étoiles de mer aiment aussi beaucoup regarder la télé). Elle était en colère, parce que c’était son émission préférée. Elle a dit à son papa qu’il était le plus méchant papa étoile de mer du monde. Son papa s’est lui aussi mis en colère. Et tout le monde a fini la journée en étant triste de s’être crié dessus.

Un peu exagéré non ?

Les émotions, on ne les contrôle pas toujours, les adultes non plus (regarde le papa de Lucie !). Et même quand ce sont des émotions positives, comme la joie, on peut avoir des alertes météo : on peut parfois se mettre à faire des bêtises quand on est très joyeux. Imagine Lucie qui serait tellement contente qu’elle se met à courir partout sans regarder où elle va et qui tombe sur un oursin !

Pour ne pas se laisser déborder par notre météo des émotions, tu peux déjà réfléchir à la force de tes émotions : tu peux utiliser un thermomètre.

Comment est-ce que ça fonctionne ?

Tout comme pour mesurer la température de ton corps, ou celle qu’il fait dehors et qu’on annonce à la météo, notre thermomètre des émotions va monter au plus ton émotion est forte. Tu peux imprimer notre thermomètre ou en dessiner un comme le nôtre.

Mais comment on s’en sert ?

Prenons par exemple la peur, et demandons à Lucie de nous dire quelle est sa plus petite peur, et quelle est sa plus grande.

 

Pour une toute petite peur, comme la peur qu’on peut avoir avant de retirer un sparadrap, Lucie pourrait noter 1 (elle est très courageuse comme étoile de mer), ou mettre une croix tout en bas du thermomètre.

 

Pour une très grande peur, comme celle de perdre son papa et sa maman, Lucie propose de mettre une croix tout en haut du thermomètre, ou de noter 10.

 

Quand les émotions sont en haut du thermomètre, il est important d’en parler avec les adultes autour de toi, et peut-être de faire de petits exercices qu’on va t’expliquer après.

Plus ton émotion est forte, plus elle va essayer de prendre le contrôle. Mais le chef, c’est toi !

Quelques trucs existent pour gérer les alertes météos, comme une sorte de plan de bataille :

Donner un nom à ton émotion. Quelle est la météo à l’intérieur de toi ?

1

2

Trouver où se cache l’émotion dans ton corps et dans ta tête

3

Évaluer sa force avec ton thermomètre

En parler avec les adultes qui t’entourent : ils ont sans doute beaucoup appris en parcourant avec toi le chemin des émotions !

4

Faire quelques petits exercices qui peuvent t’aider à apaiser la tempête

5

Même les plus hautes vagues ne te résistent pas alors ? Eh bien en avant pour la dernière étape, apprenons à apaiser les tempêtes !

rose_des_vent.png

ÉTAPE 5
Apaiser les tempêtes

Quand la tempête est là, on peut faire plusieurs choses.

Les marins les plus sages savent bien qu’on ne peut pas contrôler les tempêtes, mais qu’on peut essayer de se calmer pour l’affronter. Ils savent aussi que parfois, on ne parvient pas à rester calme, mais qu’on peut juste attendre que ça passe. Enfin, ils savent bien que le plus important, c’est qu’après la tempête on puisse en reparler avec l’équipage pour gérer encore mieux la fois suivante.

 

Tu trouveras sur le site de petits exercices de relaxation et de méditation. Ce sont des moyens précieux pour t’aider à te calmer.

 

Mais si tu ne peux pas les écouter au moment où tu sens que la tempête arrive, pas de panique, tu peux aussi faire plein de choses très simples à la maison. Tu peux aussi essayer les petits trucs suivants, avec l’aide des adultes qui t’entourent.

Je crée un bonhomme-colère

Quand on se sent très en colère, l’émotion va être forte dans notre corps, et peut nous donner envie de casser quelque chose ou même de frapper.

Tu sais que cela est interdit, mais ce que tu sens dans ton corps est bien là. C’est le rôle des adultes qui te protègent de ne pas te laisser faire n’importe quoi. Imagine le bazar si tout le monde était fâché en même temps et se mettait à tout casser, dans la classe par exemple…

Alors comment faire pour que la colère sorte de ton corps ?

Tu peux demander à un adulte de t’aider à construire un bonhomme colère.

Prenez un coussin, de belle taille, bien solide, un coussin qui résistera à la tempête.

Décore-le comme tu veux : tu peux lui faire une tête très vilaine, lui dessiner un air ridicule, ou très fâché, c’est toi qui choisis.

Quand tu es fâché, tu peux utiliser ce bonhomme-colère pour montrer ton émotion : tu peux le lancer, le frapper, tu ne risques pas de lui faire mal. Il est là pour absorber toute ta colère, pour t’en débarrasser. Mais attention, c’est le seul objet à qui tu peux faire ça !

Je crée des petites poupées mangeuses de soucis

Dans certains pays du monde, en Amérique du Sud notamment, on pense qu’il est possible de créer de petites poupées, minuscules, à qui on confie ses soucis. Il faut ensuite attendre la nuit et placer cette poupée sous son oreiller, et attendre le lendemain matin.

Et devine quoi, il paraît que les soucis s’envolent…

Beaucoup d’enfants disent que cela fonctionne pour eux. Peut-être parce que quand on dit ses émotions, on se sent déjà un peu mieux.

J'utilise mon corps

Les émotions habitent aussi dans ton corps, tu te souviens. Il existe plein de moyens d’aider ton corps à se détendre : le yoga, les exercices de respiration ou la relaxation.

 

Quelques exemples ici pour t’aider à découvrir ces techniques.

L'exercice de l'arbre

As-tu déjà entendu parler du yoga ?

 

C’est une pratique qui consiste à travailler son équilibre et sa concentration. La posture de l’arbre est une posture célèbre, voici comment la réaliser :

• Place tes pieds bien à plat au sol

• Porte le poids de ton corps sur une jambe

• Tout doucement, pose un pied sur la cuisse, le genou ou la cheville

• Attention, plus ton pied est haut, plus la posture est difficile

• A une inspiration, amène les bras au cœur

• Respire tranquillement plusieurs fois

• A une expiration, ramène les bras et la jambe dans ta position de départ

• Fais la même chose de l’autre côté

• Bravo !!

Il existe d’autres postures qui font beaucoup de bien au corps, tu les trouveras bientôt sur cette page.

Exercice de respiration

Ici, on va encore s’inspirer d’une autre pratique, la sophrologie

• Tu peux t’entrainer à faire le ballon et la crêpe : debout les jambes un peu écartées, pose les mains sur le ventre ; quand tu inspires, tu gonfles ton ventre comme un ballon et tu comptes jusqu’à 5 ; ensuite quand tu souffles tu comptes aussi jusque 5 et ton ventre devient plat comme une crêpe.

• Respire comme ça 10x.

• Un autre exercice s’appelle ‘le bol de soupe’ (ou le bol de chocolat chaud si tu n’aimes pas la soupe).

 

• Il faut t’entrainer à souffler comme si tu voulais refroidir un bol de soupe que tu tiens dans les mains.

Exercice de relaxation

Le ballon

• L’exercice du ballon peut t’aider à te calmer si tu te sens stressé

• Prends un ballon et place le devant ta bouche

• Inspire par le nez et souffle par la bouche en gonflant le ballon

• Refais le 5x de suite

• Quand le ballon est rempli, laisse le se dégonfler lentement en soufflant en même temps

• C’est aussi un super exercice pour tes poumons !

Le ballon imaginaire

• Cette fois-ci on va imaginer qu’on souffle dans un ballon… On va imaginer qu’à chaque respiration, on remplit le ballon avec toutes nos pensées ennuyantes, tous nos tracas, tous nos soucis.

• A chaque expiration, les soucis nous quittent et le ballon se gonfle, on doit alors écarter les mains pour le tenir.

• Quand le ballon est gonflé de tous nos soucis, on va imaginer qu’on y fait un nœud et qu’on le laisse s’envoler.

• Adieu les soucis !

Félicitations moussaillon, tu as fini toutes les étapes ! Maintenant tu es incollable sur les émotions, tu es prêt(e) à voguer vers d'autres horizons. Bon vent !

bouee.png

Besoin de contacter un professionnel ?

UMONS-rouge-quadri-(avec-texte).png
healthUK_FULL_RVB.png
LOGO_MUMONS_NOIR.png